Une passion, les poèmes ;)

» Catégorie : Poème triste


se relever

Commentaires » 0

Se sentir rejeté,

Est quasiment synonyme d’être mal aimé.

Ils nous prennent pour des cons,

Et toujours comme des pions.

Ils se servent de nous,

comme des pauvres joujoux.

Mais on vit notre vie,

C’est certes difficile sans nos amis.

Le pissenlit se transforme en rose. 

Je prend mon courage à deux main alors j’ose.

A présent leur dire la vérité,

Est synonyme de courage et non de fierté.

Au fond de moi j’affronte sa avec peur,

Mais tous sa pour récupérer mon bonheur.

 

 

Le bad

Commentaires » 0

Comment le bad fait-il pour venir,

Lui seule accompagné de mauvais souvenir.

Son regard noir nous donnes de la peur,

Montant les larmes aux yeux, comme quelqu’un de sans-cœur.

Le bad vient à n’importe qu’elle heure,

Et nous affrontons tous ceux-ci avec horreur.

 Nous nous sommes renfermés,

Pour essayé d’oublier.

Le bad est comme un pirate qui veut tous nos biens.

Et on fait croire aux autres qu’on a rien.

Et ceux-ci nous croient royalement,

Et ils ne voient pas qu’on leurs ment.

Alors autant dormir,

Et garder tous ces  mauvais souvenirs.

Les faux ami(e)s

Commentaires » 0

Etre invisible,

ne signifie pas être insensible.

Lorsque 3 personnes savent que je suis là,

mon cœur est brisée  et remplis de larmes qui ne coulent pas.

Juste grâce à une seule fille,

me voici comme un poussin sans coquille.

Je ne suis plus rien.

Et je me sens vraiment pas bien.

Quand tu regrette et qu’il est trop tard

Commentaires » 0

Un jour où tout va bien, 

tu vit ta vie, sans penser à rien.

Un nuage sombre vient chasser le ciel bleu,

il est lourdement chargé alors il pleut.

C’est bizzard comme le bad est fatale,

c’est pas comme si tu avais quitter la terre natale.

Mais pourtant tu souffres,

comme si tu étais tombé dans un gouffre.

Un gouffre sans lumière,

sans tes amis c’est pire que l’enfers.

Alors tu essaye d’en sortir,

et là tu tombes et tu entend le son d’une lyre.

Ce son est merveilleux,

pourtant tu essaye mais tu n’arrive pas à ouvrir tes yeux.

Et là tu crains le plus affreux,

tu as peur de te retrouver sans eux.

Tu essayes de bouger,

alors là tu te sens comme étiré.

Étire par tous les mauvais moments,

coulant le long de tes joues ton sang.

Tu aurais bien aimé revenir en arrière,

tout effacer comme la poussière.

Avoir évité de t’être enfuis,

sous ce mauvais temps, cette pluie.

Tu pense à tes ami(e)s, 

et là tu t’éteint comme une bougie.

Perte total….

Commentaires » 0

Je suis comme je suis, mais personnes ne m’aime.

                        Mes « ami(e)s » on pour moi de la haine .

Je sais pu où j’en suis,

                       je me sens comme poursuivit.

Poursuivit par la bade.

                      Ma vie ne brille pas comme une pierre de jade.

Mais yeux remplis de larmes.

                      Je suis comme sans armes.

Le signe peace ne veut pu rien dire.

                      Hélas je suis sans souvenir.